Google nous emmène au septième ciel

Depuis la semaine dernière, vous pouvez, grâce à Google, effectuer votre première ascension virtuelle du Mont Blanc. Avec notamment en guests Candide Thovex, Kilian Jornet et Ueli Steck. A travers le regard de ces sportifs de renommée internationale, Google a voulu offrir cette expérience inédite à tous les internautes. Mais aussi mettre en garde le grand public contre les effets du réchauffement climatique, car leur impact sur le glacier est bien réel.

 

Comment cela marche ?

Le principe est d’utiliser les dernières innovations en matière d’imagerie numérique (comprendre drones, GoPro et autres réjouissances technologiques) afin de construire une carte interactive avec des photos et vidéos tournées à 360°. Cette aventure virtuelle s’effectue via Google Map et permet de visiter la vallée de Chamonix, la Route du Goûter (dernier couloir avant le sommet du Mont Blanc) et la Mer de Glace, et ce du point de vue de six athlètes. On peut aussi admirer les principaux glaciers des Alpes comme la pointe Lachenal, l’arrête des Bosses ou l’aiguille blanche de Peuterey. Pour faire simple, c’est une sorte de Google Street View, mais à la montagne. Et, au lieu de prendre des photos depuis une voiture, les caméras ont été installées sur la tête et les sacs à dos des sportifs pour un effet « comme si vous étiez » garanti. Google avait déjà mis en place des initiatives de ce type sur l’Everest et sur le Mont Fuji au Japon, via le site Treks (propriété du géant).

 

Les présentations

Avec qui allons-nous monter au septième ciel ? On vous fait les présentations :

  • Ueli Steck, grimpeur suisse de renommée mondiale. Il est surement l’un des sportifs les plus doués de notre époque. A son tableau de chasse : un nouveau record de chrono sur l’Eiger (la face la plus difficile des Alpes), l’OCC sur l’Ultra Trail du Mont Blanc (6h19 pour 55 kilomètres et 3 300 mètres de dénivelé positif), et un projet de 82 sommets en 62 jours (avec des journées à 18 sommets..). Il prépare actuellement l’ascension du Shishpangma au Tibet (à 8 027m). Il a été contraint d’abandonner son ascension de l’Everest car il allait perdre ses doigts de pieds, a survécu à une avalanche sur l’Annapurna (Népal, 8 091m) et a vu un collègue alpiniste mourir dans ses bras sur les pentes de l’Himalaya à 7 400m. Une véritable pointure, on vous dit.
  • L’Espagnol Kilian Jornet : ce coureur d’ultra-marathons n’est plus à présenter, son palmarès parle pour lui. Il détient notamment les records d’ascension/descente sur le Mont Blanc, le Mont Cervin et le Mont McKinley (le plus haut sommet d’Amérique du Nord, 6 190m).
  • Les Françaises Lætitia Roux, skieuse et alpiniste, et Catherine Destivelle, grimpeuse connue pour être la première femme à avoir escaladé l’Eiger, en plein hiver et en 17h.
  • Patrick Gabarrou, guide de montagne Français d’anthologie, qui a plus de 300 ascensions à son actif.
  • Le freerider français Candide Thovex, connu autant pour ses performances impressionnantes en freestyle que pour son approche unique du ski qu’il traduit dans les films qu’il produit. Vous le verrez notamment effectuer un saut assez impressionnant, construit pour l’occasion, en faisant attention aux crevasses bien sûr. Le freerider a parlé de cette expérience comme un véritable défi, lui qui a plutôt l’habitude d’évoluer sur des hauteurs moyennes (2500 m) et non sur des drops en haute montagne (ici 4 500m). Son endurance physique a été mise à rude épreuve, lui-même ne se décrivant pas comme un alpiniste.
  • Pour vivre cette expérience et en apprendre plus sur l’histoire du Mont Blanc, c’est par là (http://www.google.com/maps/about/behind-the-scenes/streetview/treks/mont-blanc/)

Photo: Site officiel de Google

Partager cet article

A propos Fanny Guélin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *