Bravo et merci !

Clap de fin pour cette saison de rugby ce week-end. Avec la finale du Top 14 entre le Racing 92 et Toulon, et le dernier match de la tournée du XV de France en Argentine, les rugbymen sont partis en vacances pour quelques temps. Mais ils n’ont pas voulu partir en étant inaperçus. Les joueurs du Racing comme ceux de l’équipe de France ont réalisé deux performances proprement exceptionnelles en guise de clôture de la saison ! Alors rien que pour ces deux derniers matchs de l’année, on avait envie de dire bravo et merci aux rugbymen français et de France.

 

Top 14 : Courage, Abnégation, Exploit

 

Pouvait-on rêver plus belle finale ? Je ne sais pas. Dans l’écrin du Camp Nou, dans la chaleur barcelonaise, les ciel et blancs du Racing 92 ont livré un combat homérique pour aller remporter le Bouclier de Brennus au nez et à la barbe des Toulonnais.

Au coup d’envoi, l’enjeu était simple pour les deux équipes. Il fallait imposer son jeu et empêcher l’adversaire de jouer. Les deux équipes pétries de talent se sont neutralisées pendant le premier quart d’heure, Carter ayant répondu à Halfpenny pour ramener le Racing à 3-3. A la 18ème minute, le match a basculé, et les Racingmen ont cru tomber en plein cauchemar : auteur d’un placage dangereux sur Matt GIteau, Maxime Machenaud, homme clef du Racing, est logiquement expulsé. Halfpenny passe deux pénalités, Carter en réussit une, puis Mamuka Gorgodze parvient à inscrire un essai pour Toulon. A la demi-heure de jeu, le RCT mène 14 à 6, et tout semble indiquer que les Racingmen s’apprêtent à vivre une fin de match cauchemardesque. C’était sans compter le courage inouï, l’abnégation et la discipline de fer dont les joueurs de Colombes ont su faire preuve par la suite. Loin de se démobiliser après l’expulsion de leur demi de mêlée, les Racingmen repartaient au combat, ne laissant rien aux Toulonnais, à l’image d’un Eddy Ben Arous excellent dans la zone de ruck, qui a gratté un nombre incalculable de ballons, obtenant des pénalités que Goosen et Carter se sont fait un plaisir de réussir. A la mi-temps, Toulon menait 14-12, tout restait à faire, même si on s’attendait à voir le Racing souffrir en seconde période.

La deuxième mi-temps, loin de précipiter la chute du Racing a vu les ciel et blancs prendre la route de l’exploit. Toujours aussi propre dans le jeu, ils profitaient de l’indiscipline symbolisée par le carton jaune du pilier Xavier Chiocci (50ème) pour enquiller les pénalités et passer devant grâce à la botte titanesque de Goosen et à celle chirurgicale de Carter. Les Toulonnais, en pleine torpeur, n’arrivaient pas à remettre la main sur un match qui semblait de plus en plus devoir leur échapper. Le coup de massue est venu d’un autre all-black du Racing, l’ailier Joe Rokocoko, qui inscrit à l’heure de jeu un essai magnifique, déposant Habana d’un coup de pied parfaitement exécuté pour aller dans l’en-but toulonnais. Carter manquait la transformation, mais le chiffre était là : le Racing venait d’infliger un 20-0 au RCT, groggy, qui ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Les joueurs de la rade ont bien tenté de relever la tête, inscrivant un essai par Mermoz à la 73ème, mais le Racing tenait jusqu’au bout, Carter parachevant le succès des siens en inscrivant une dernière pénalité sur la sirène. Score finale, 29-21. Le Racing a réalisé un exploit colossal. Qu’on aime ou pas cette équipe, on ne peut que s’incliner devant tant de courage, de cohésion, et d’abnégation. Bravo messieurs !

 

XV de France : Pas mauvais ces bizuths !

 

On promettait l’enfer à ce XV de France rajeuni qui s’envolait de Paris vers Tucuman pour y affronter une équipe des Pumas parmi les meilleures du monde. C’est pourtant l’inverse qui s’est produit. Pour le premier des deux matchs face à l’Argentine, les bleus réalisaient une performance très encourageante, s’inclinant 30-19 sur un score pas représentatif de la qualité de jeu des Français. Certains joueurs comme Baptiste Serin (demi-de-mêlée) ou Rémy Bonfils (talonneur) en profitaient pour se montrer sous un très bon jour, et marquer des points dans l’esprit du sélectionneur Guy Novès.

Lors du deuxième match, samedi soir, Guy Novès avait composé un mix intéressant entre joueurs cadres du XV de France (Médard, Picamoles, Maestri,Trinh-Duc,etc…) et petits nouveaux (Serin, Bonfils, Ledevedec, Gourdon,etc…). Le moins que l’on puisse dire, c’est que la mayonnaise a pris. Face à une équipe d’Argentine qui n’avait rien d’une équipe bis, même si elle était privée de Cariza et Imhoff retenus en France pour la finale du Top 14, l’équipe de France a d’abord eu du mal à trouver la mire avant d’aller à dam par Hugo Bonneval, très bien servi par son demi de mêlée Baptiste Serin, auteur de deux excellentes prestations en Argentine. Le match à sens unique s’est poursuivi en deuxième période, Lamerat puis Goujon ajoutant deux essais pour porter le score à 27-0, score final, avec un score qui aurait pu être bien plus lourd sans quelques maladresses dans le dernier geste. On promettait l’enfer aux joueurs du XV de France, ils repartent finalement d’Argentine avec une belle confiance et des promesses plein leurs valises, pour partir en vacances le cœur léger, en pensant avec ambition aux futures échéances internationales !

 

La saison est finie, et elle nous a réconciliés avec le rugby français. Le XV de France a (un peu) pensé nos plaies de la Coupe du Monde, même s’il reste un long chemin à faire, et les joueurs du Top 14 nous ont offert de magnifiques phases finales, principalement grâce au Racing 92, qui fait ma foi un très beau champion 2016 !

Partager cet article

A propos Clément Duriez

Etudiant à Audencia en Management des Organisations du Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *